Marche à pieds

Le surplus de lumières est une protection face à l’obscurité du tunnel.Au-delà de l’éclairage produit, la position incongrue du réverbère,Suspendu dans un sens inattendu, est loin d’être anodine.Car la luminosité n’est pas qu’une question de physique.La faire vivre c’est lui donner les allures de l’idée pleine de liberté.Ce changement de perspective oriente le regard au-dessus des barreaux,Déviant une trajectoire prisonnière de la bouche du métro.L’homme finira par tourner le dos à cette dernière,Entamera une marche à pieds,Vers l’étrange copie conforme d’un célèbre monument,Dont le clocher perce timidement l’horizon.Ce repère reconnaissable est un réconfort géographique.

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage (spam).
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.