Michel Foucault et la question de la sexualité

Il s'agit de partager avec nous des notes au sujet de la pensée de Michel Foucault, auteur dont je connaissais le nom mais sur lequel je ne m'étais jamais penché.

Je vais évoquer ici le livre "Histoire de la sexualité I - La volonté de savoir" publié en 1976, premier volume d'une trilogie.

En tant que lecteur amateur je ne prétends pas délivrer l'essence du travail de ce penseur. Je compte simplement apporter ma petite touche pour diffuser une approche intellectuelle intéressante. Dans "La volonté de savoir", Foucault aborde les thèmes du pouvoir et notamment il questionne les enjeux de pouvoir autour de la sexualité.

Un petit mot sur le style de l'auteur, que je découvre. Le ton est philosophique mais la lecture est abordable à un non-initié car finalement il n'y a pas tellement de concepts abstraits. J'ai dû toutefois m'y reprendre à plusieurs fois pour tenter de comprendre certaines idées et leur articulation. Ce qui m'a marqué avant tout c'est l'aspect critique et décalé de la réflexion de Michel Foucault. Voici un résumé des idées principales que j'ai pu saisir.

Remise en question de la répression sexuelle à partir du XVIIIème siècle

Contrairement à une idée répandue, ce qui caractérise les XVIIIème et XIXème siècle ce n'est pas véritablement un mouvement de répression sexuelle. Le discours sur le sexe a été en effet omniprésent à cette époque. Toutefois il s'agit d'un discours très normatif et basé sur l'aveu des pratiques déviantes.

Une nouvelle catégorie d'individus inadaptés

 

A partir du XVIIIème siècle, tout ce qui est considéré comme une "déviation sexuelle" est montrée du doigt par un discours qui finalement contribue à créer une nouvelle catégorie, celle des "pervers sexuels".

 

Le contrôle social et la caution scientifique

- Plus qu'un mouvement de répression sexuelle c'est donc une ère du contrôle social qui a émergé.

- Cette intensification du contrôle de la sexualité s'effectue à travers une série d'institutions (médicales, familiales...). Une nouvelle relation se met en place entre le pouvoir et le plaisir.

- Michel Foucault met en avant la complicité de la science, qui cautionne une vérité basée sur l'aveu et donc forcément peu objective. La science a notamment contribué à diffuser cette idée répandue d'un rapport entre perversion, hérédité et dégénérescence.

Un pouvoir diffus et mobile, des tactiques et des stratégies reposant sur la technique

- Une réflexion générale sur le pouvoir amène à dire que les sociétés occidentales sont influencées par une conception juridique du pouvoir, qui irait du haut vers le bas. Mais aujourd'hui cette conception semble obsolète et il semble qu'une nouvelle forme de pouvoir, plus diffuse et plus mobile, se soit basée sur la technique.

- Le pouvoir se situe à tous les niveaux de la société, il s'agit d'un socle mouvant de rapports de forces multiples qui repose sur un ensemble de stratégies et de tactiques globales et locales.

- De plus, le savoir et le pouvoir sont intimement liés comme en témoigne la tradition (notamment religieuse mais aussi scientifique) de l'aveu comme mode de connaissance.

Un dispositif de sexualité diffusé par la bourgeoisie pour se distinguer

- En fouillant l'histoire des discours sur la sexualité Foucault observe que la bourgeoisie a été l'initiatrice de cette régulation du sexe. Elle a commencé par s'appliquer à elle-même toute une hygiène sexuelle, légitimée par un discours sur la santé du corps et les dangers médicaux liés à des rapports sexuels déviants. Ce contrôle de son propre corps a été un moyen parmi d'autre de se distinguer socialement.

- Les stratégies ont été les suivantes : hystérisation du corps des femmes, pédagogisation du sexe de l'enfant, socialisation de la procréation et psychiatrisation du plaisir pervers (attention particulière portée au corps des femmes, aux pratiques sexuelles précoces des enfants et à la régulation en générale de la "perversité"). - Ces stratégies consistent à produire la sexualité et à en faire un instrument de contrôle social.

- Ce dispositif de sexualité a en partie remplacé le dispositif d'alliance basé sur le mariage. Désormais c'est tout un discours sur le sexe qui légitime certaines pratiques et en condamne d'autres.

- Au sein de ce dispositif la famille a pour rôle d'être le support permanent de la sexualité. Les parents sont aidés des institutions médicales et scolaires dans leur tâche.

Le changement de stratégie

- Lorsque ce dispositif de sexualité s'est répandu progressivement dans la société, la bourgeoisie aurait opérer une inversion stratégique en revendiquant non plus une hygiénisation du sexe mais plutôt une parole libérée autour du sexe : ce nouveau mouvement s'incarne notamment dans la psychanalyse et dans les idées de penseurs comme Wilhelm Reich. C'est lors de la mise en place de cette nouvelle stratégie que serait apparu ce discours autour d'une répression sexuelle de laquelle il faudrait libérer le peuple.

- En conclusion Michel Foucault constate, au vu de l'évolution globale des formes de pouvoir et de celles qui ont trait au sexe, que le pouvoir finalement n'est plus un pouvoir qui tue ou qui réprime ; celui-ci s'est muté en un pouvoir qui investit la vie.

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage (spam).
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.