Juste surréel

Avec l’étirement des tendons et des paupières,Au matin lors du branchement à l’univers,Après une nuit de douces ou hideuses histoires,Naît une carapace cachant arcs-en-ciel et idées noires.Les normes qui régissent l’obscurité s’abrègent,Et font tourner les hommes dans un petit manège,L’âme récalcitrante se cabre et se complexe,Dans un moule dur comme du marbre ou du sylex,Creuse les évidences pour finir par n’y voir que du flou,Des humains, des machines et tout ce sens dessus dessous,Fomente des actions qui se heurtent aux murs du réel,Et des sommeils où elle se venge en envolées surnaturelles.Avec le relâchement des muscles et des nerfs,Au soir lors du retranchement dans nos repaires,Après une journée de labeur et de combat mental,Naît le sommeil, la soif de fuite, d’arrêt total.Les lois qui ont régi le jour se fondent doucement,Dans un espace-temps où elles inondent autrement,L’esprit s’éprend de farces lancées à la logique,De forces, de formes réelles et pourtant fantastiques,Rêves et cauchemars, reflets sauvages de notre nature,Et de ces lois, de ces adages, sève de nos cultures,C’est fou ce que l’on voit et sent du levant au couchant,C’est juste surréel, à la fois vrai et étonnamment dément.

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage (spam).
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.